Le Cercle de l'Harmonie
< retour

Programme :

• WA.MOZART :

- Symphonie n° 39 en mi bémol majeur, KV 543

- Symphonie n° 40 en sol mineur, KV. 550

--------------------------

Entracte

-------------------------

- Symphonie n° 41 en ut majeur, KV. 551, dite Jupiter (env. 35’)

Avec Le Cercle de l’Harmonie, sous la direction de Jérémie Rhorer

Le Cercle d'Harmonie

Invité des institutions les plus prestigieuses en France et à l’étranger depuis sa création en 2005, le Cercle de l’Harmonie est présent au Théâtre des Champs-Elysées, l’Opéra Garnier et l’Opéra-Comique, dans les festivals internationaux (Festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence, Festival international d’opéra baroque de Beaune, BBC Proms) et dans les maisons européennes, la Fenice (Venise), Bozar (Bruxelles), Barbican (Londres), Musikfest Bremen, au Concertgebouw (Amsterdam), Philharmonie de Cologne, Konzerthaus Dortmund.

Les musiciens du Cercle de l’Harmonie ont été formés dans les plus grands conserva­toires dédiés à la pratique sur instruments d’époque, comme La Haye, Bâle ou Paris, et sont, pour la plupart, héritiers de la révolution d’interprétation initiée au milieu du XXème siècle par les grands théoriciens que furent Nikolaus Harnoncourt et Gustav Leonhardt.

Le Cercle de l’Harmonie accueille aussi des musiciens venus de tous horizons représentatifs d’une évolution récente de la société musicale, formés à la technique moderne et convaincus du bien-fondé du recours aux instruments d’époque pour défendre un certain type de répertoire, celui du Cercle de l’Harmonie.

Réunis par la certitude que l’utilisation des instruments pour lesquels les compositeurs ont écrit et pensé leurs œuvres permettra de retrouver l’authenticité et l’esprit de celles-ci, Jérémie Rhorer et les musiciens défendent l’intime relation entre le texte et la texture musicale.

Outre les plus grands chefs-d’œuvre de Mozart et Haydn, le Cercle de l’Harmonie se met au service du répertoire français et plus particulièrement d’une période charnière qui s’étend du milieu du XVIIIème siècle au milieu du XIXème siècle, de Gluck à Wagner en passant par Berlioz.

La discographie de Jérémie Rhorer et du Cercle de l’Harmonie s’étoffe au fil des années : des airs de Mozart chantés par Diana Damrau, les symphonies 25, 26 et 29 de Mozart, des arias de JC Bach chantés par Philippe Jaroussky chez Virgin Classics, Lodoïska de Cherubini, un programme de musique symphonique et concertante de Liszt, Berlioz et Reber, un disque Beethoven chez Ambroisie – Naïve, l’Enlèvement au Sérail et la Clémence de Titus chez Théâtre des Champs-Elysées & Alpha Classics.

 

Le Cercle de l’Harmonie bénéficie du soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, du mécénat de la Caisse des Dépôts, de Montpensier Finance et de la Fondation Orange.

 

Distribution
Jérémie Rhorerdirection

De l’enfance, on retiendra la Maîtrise de Radio France où il découvre sa vocation pour la direction d’orchestre, et un parcours sans faute au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Ses prix en poche, Jérémie Rhorer commence une vie de direction d’orchestres prestigieux dans le monde, de compositeur, et crée son orchestre, le Cercle de l’Harmonie. Qu’il s’agisse des auteurs classiques comme ceux du romantisme allemand, ou encore du répertoire contemporain dont les créations de Thierry Escaich, tous les répertoires occupent sa direction d’orchestre qui se nourrit aussi de sa formation de compositeur.

Ainsi, Jérémie Rhorer a notamment dirigé le Hessi­cher Rundfunk Sinfonieorchester de Frankfort, le Rotterdam Philharmonic, l’Orchestre National de France, le Bamberger Symphoniker, le Yomiuri Orches­tra au Japon et on le retrouve dans les plus prestigieux festivals internationaux, d’Aix-en-Provence à Salzburg, en passant par Glynde­bourne, Edinburgh, BBC Proms, mais aussi à l’affiche des opéras de Vienne, Munich, la Monnaie et le Teatro Real de Madrid. Aujourd’hui il est l’invité régulier du Gewandhaus de Leipzig et du Philharmo­nia Orchestra à la tête duquel, il a dirigé en 2013 une production du Dialogues des Carmélites de Francis Poulenc au Théâtre des Champs-Elysées qui obtient en 2014 le Grand Prix du Syndicat de la Critique et dont l’enregistrement DVD est distingué par de nombreuses récompenses dont le BBC Music Magazine Award 2016.

Après la disparition de Nikolaus Harnoncourt, le Concentus Musicus l’invite à diriger l’Héroïque et la Pastorale de Beethoven.

Jérémie Rhorer trace également un sillon singulier dans la lecture de l’œuvre de Mozart en quête du génie dramatique du compositeur. Et Idomeneo, Così fan tutte, Don Giovanni, La Clemenza di Tito, et l’Enlèvement au Sérail, sont autant de pièces jouées avec les plus grands orchestres notamment dans le cycle Mozart que lui confie le Théâtre des Champs-Elysées.

Elève de Thierry Escaich, compositeur contemporain majeur, lauréat du Prix Pierre Cardin, Jérémie Rhorer poursuit un travail exigeant de composition parallèlement à la direction d’orchestre. Le Philharmonia Orchestra lui commande en 2017, un concerto pour piano destiné à Jean-Yves Thibaudet.